Photo de famille des acteurs de la région de la Kara et des Savanes à l'issue de la formation

Deux ateliers distincts de formation des personnels des maisons de justice et des centres d’écoute et autres structures du domaine de la justice de proximité et de de règlements pacifiques se sont tenus respectivement à Kpalimé et Kara. La première phase a réuni du 25 au 27 mai 2021 les participants venus des régions maritimes, Lomé Commune et Plateaux et la seconde, du 28 au 29 mai, ceux des régions de la Kara et des Savanes.

Organisé par le Ministère de la Justice et de la Législation à travers la Direction de l’accès au droit et à la justice, ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Travail Annuel 2021 du projet accès au droit et à la justice (PADJ) financé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD.

L’objectif de ces ateliers est de renforcer l’accès des populations à la justice et de promouvoir l’état de droit par l’harmonisation des pratiques dans les maisons de justice, les centres d’écoute, les bureaux d’information du justiciable et les bureaux d’accueil, d’information et d’orientation du justiciable, la professionnalisation du travail et la restauration d’une collaboration entre ces différentes structures.

Les différents acteurs des maisons de justice et autres structures similaires ont ainsi amélioré leurs connaissances sur le protocole de gestion des cas dans les maisons de justice afin de les outiller à faciliter un meilleur accès au droit et à la justice aux personnes vulnérables.

Au total une cinquantaine de participants venus des maisons de justice, des centres d’écoute des violences basées sur le genre, des bureaux d’accueil, d’information et d’orientation des justiciables (BAIOJ), du bureau d’information du justiciables (BIJ), des responsables de l’Union chrétienne des jeunes gens (UCJG) et du Groupe femme démocratie et développement (GF2D) y ont pris part. 

La maison de justice a été instituée par décret présidentiel le 27 février 2018. Elles visent à rapprocher davantage la justice des justiciables pour : régler un conflit de voisinage, de loyer ou de dette impayées, de problème d'état civil, de divorce ou de succession par exemple. Elle ne rend pas la justice ou la sentence et ne peut traiter d'affaires pénales. Il en existe à ce jour neuf maisons de justice sur l'ensemble du territoire national. 

Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global