Discours RR/PNUD/Atelier MAP

27 sept. 2016

Madame la Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes,

Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales accréditées au Togo ;

Chers collègues du Système des Nations Unies,

Distingués invités en vos rangs et qualités respectifs,

Mesdames et Messieurs, 

 

C'est un insigne honneur pour moi de prendre la parole ce jour à l'occasion de la présentation des résultats de l’enquête sur la demande des services financiers.

L’atelier de ce jour est une preuve indiquant que le processus « Making Access to Financial Services Possible » est réellement en route afin que le Togo soit doté d’une stratégie nationale de la finance inclusive dont la mise en œuvre contribuera à la réduction de la pauvreté et des inégalités.

Pour cela, permettez-moi, de remercier le Gouvernement du Togo pour avoir associer intimement le Système des Nations Unies en général, et plus particulièrement le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et « United Nations Capital Development Fund (UNCDF) » a cet important exercice.

Mesdames et Messieurs,

En optant pour l’élaboration et la mise en œuvre d’une Stratégie Nationale d’inclusion financière, le Gouvernement du Togo, pose un jalon supplémentaire à la réalisation de son programme social qui vise dans le

cadre de sa Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE, 2013-2017), à offrir un meilleur avenir aux enfants, aux jeunes, aux femmes et aux personnes actives économiquement faibles où qu’ils se trouvent sur le territoire national. La finance inclusive, à travers ses innovations technologiques et son adaptation aux conditions locales, a démontré son importance dans le financement du secteur privé pour la création de richesse et la promotion de l’emploi au profit des couches vulnérables et économiquement actives.

En effet, la finance inclusive favorise le développement économique en permettant à une part croissante des ménages, des micros, des Petites et Moyennes Entreprises (MPME) d’accéder à une large palette de services financiers pour un coût raisonnable et socialement soutenable pour les pauvres. La finance inclusive est donc un des instruments par excellence de réduction de la pauvreté et des inégalités.

Le processus  MAP  dans lequel s’insère l’enquête sur la demande est un processus participatif et très intégré du point de vue des parties prenantes, qui aboutit à une vision plus holistique et à une action mieux coordonnée de la part de l’État. Grâce à une compréhension détaillée de la demande, de l’offre et de la réglementation, il vise l’élaboration d’une feuille de route nationale de l’inclusion financière au service de l’inclusion socio-économique et de la résilience pro-pauvre.

Il est donc évident que l’engagement du Gouvernement du Togo pour la finance inclusive motive la détermination du Système des Nations Unies et plus particulièrement le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et « United Nations Capital Developpement Fund » (UNCDF), à mobiliser l’expertise et les outils de qualité pour faciliter l’élaboration d’une Stratégie Nationale d’Inclusion Financière, à travers ledit processus.

L’étude sur la demande qui se clôture par la présentation aujourd’hui des résultats de l’enquête menée auprès de la population est le reflet d’une cohésion des interventions des partenaires techniques et financiers du Togo. Les résultats qui seront présentés orienteront leurs interventions en matière d’inclusion financière vers les secteurs d’activité en besoin de desserte afin que l’accès pour tous aux services financiers soit un objectif atteint.

Mesdames et Messieurs, 

En ce qui nous concerne, nous estimons que dans la quête des moyens de lutte contre la pauvreté, l’engagement et l’adhésion du Gouvernement et de ses partenaires doivent rester constants. En effet, dans un environnement en pleine mutation, il nous parait important que cette stratégie soit élaborée et opérationnalisée le plus rapidement possible afin d’améliorer le bien-être des populations car la faim n’attend pas, l’ignorance n’attend pas, la maladie n’attend pas.

L’inclusion financière est devenue si importante dans la construction du capital humain que les Nations Unies comptent sur sa contribution pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable notamment, les objectifs 1) Eliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde ; 5) Parvenir à l’égalité entre les sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ; 10) Réduire les inégalités entre les pays et en leur sein ; et 16) Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes.

C’est pour cela que je voudrais saisir cette belle opportunité pour lancer un appel solennel à la Communauté Internationale et à mes collègues du Système des Nations Unies à s’intéresser davantage au processus MAP, à le soutenir sous le leadership du Gouvernement en vue d’aboutir à une stratégie nationale de qualité au service du bien-être individuel et collectif au niveau local.

Pour notre part, le PNUD et l’UNCDF, nous voudrions vous confirmer notre disponibilité, dans le cadre de la Coopération avec le Gouvernement du Togo, à poursuivre notre appui au processus MAP, et ce, dans un cadre élargi aux autres partenaires techniques et financiers du Togo, en vue d’asseoir non seulement un mécanisme de financement du processus mais aussi et surtout des activités qui découleront du plan d’actions de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive.

Je voudrais terminer en réitérant la gratitude du PNUD et de l’UNCDF à l’endroit du Gouvernement qui a bien voulu les associer à cet exercice capital.

Je vous remercie de votre aimable attention.

UNDP Around the world

You are at UNDP Togo 
Go to UNDP Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe