Discours de Mme la Représentante du PNUD/ Atelier d'examen et validation des indicateurs du PUDC

20 sept. 2016

Madame la Directrice de Cabinet du Président de la République,

Monsieur le Ministre de la Planification, chargé du développement,

Monsieur le Directeur Général de l’INSEED,

Mesdames, Messieurs les Secrétaires généraux, directeurs techniques, cadres, experts et spécialistes des ministères impliqués dans ce Programme national,

Mesdames, Messieurs les représentants des différentes organisations internationales,

Chers collègues du système des Nations Unies

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

C’est un plaisir pour moi de prendre la parole ce jour à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier d’examen et de validation des indicateurs du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), une rencontre qui intervient quelques semaines après le lancement officiel du Programme à Mandouri par S.E.M. le Président de la République togolaise et celui de Klémé par le Premier ministre.

Avant de poursuivre mon propos, je voudrais sais ir cette opportunité pour renouveler la reconnaissance du PNUD à l’endroit des autorités togolaises notamment à Son Excellence Monsieur le Président de la République togolaise et à tout son Gouvernement pour la confiance placée en notre institution pour accompagner le Togo dans son Programme de développement.

Permettez-moi également de remercier tous les ministères sectoriels qui, depuis le début du processus nous ont toujours accompagnés de façon professionnelle et efficace.

Le PNUD a su aussi mobiliser l’expertise nécessaire dans la phase de formulation du Programme et s’attèle dans cette phase de mise en œuvre à créer les conditions de participation de tous les acteurs à toutes les étapes. La réussite de ce Programme dépend véritablement de l’implication de tous les acteurs.

Madame la Directrice de Cabinet,

Monsieur le Ministre,

Distingués invités

Selon les résultats de l’enquête QUIBB 2015, la pauvreté au Togo a connu une baisse de 6.1% entre 2006 et 2015. Ceci est la résultante d’une importante mobilisation du Gouvernement qui est décidé à combattre la pauvreté, les inégalités sociales où qu’elles se trouvent et permettre l’accès au bien être à tous les citoyens togolais.

Bien que des progrès importants soient notés, le Gouvernement togolais, ainsi que les partenaires au développement doivent rester constamment en veille en vue de poursuivre sans relâche les efforts déjà entrepris afin que l’impact soit plus significatif et inclusif dans tous les milieux.

Ce besoin d’intensification et de consolidation des efforts justifie l’adoption en Février 2016 par le gouvernement togolais du Programme d’Urgence de Développement Communautaire. Un programme financé en partie sur ressources propres de l’Etat, un gage de l’engagement fort des autorités pour sa réussite.

Le PUDC vise d’une manière générale l’amélioration significative des conditions de vie des populations vivant dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services sociaux et économiques de base.

Il est structuré autour de quatre composantes à savoir : 

  • Le développement d’infrastructures et d’équipements socio-économiques de base
  • Le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs nationaux et locaux
  • Le développement de l’entreprenariat rural
  • Le développement d’un système de géolocalisation des infrastructures

Il embrasse des domaines comme la santé, l’agriculture, l’éducation, l’énergie, les pistes rurales, l’Installation d’infrastructures socio collectives de base, l’eau, l’assainissement etc… pour une mise œuvre sur toute l’étendue du territoire national.

A travers ses actions prioritaires, le programme ambitionne d’accélérer la réduction des inégalités sociales au Togo par la promotion d’une croissance inclusive au niveau local et national. Sa mise en œuvre s’appuie sur des principes opératoires simples :

  • La mise en œuvre par le PNUD en utilisant les procédures Fast Track pour répondre rapidement et efficacement aux besoins des populations tout en garantissant la transparence et la qualité des résultats.
  • La mise en place de paquets intégrés de services sociaux et économiques qui permettent dans une localité, d’amener à la fois, l’école et la santé, l’eau et l’énergie, des voies de communication et un soutien à la production ou la transformation des produits ;
  • Le transfert de compétences, l’entretien et la maintenance assurés par les bénéficiaires donc les capacités seront renforcées ;
  • La mise en place d’un dispositif de suivi-évaluation capable d’informer à temps réel de la localisation et de l’état des infrastructures de développement.

Madame la Directrice de Cabinet,

Monsieur le Ministre,

Distingués invités,

Depuis l’adoption du programme par le Gouvernement, plusieurs activités préparatoires et d’exécution ont été menées ; il s’agit notamment de :

  • La mise en place des outils de pilotage et de gestion administrative et financière du programme,
  • L’acquisition des équipements et outils d’exécution du programme,
  • Le recrutement de l’équipe de l’Unité de Gestion du Programme et de l’expertise d’accompagnement,
  • L’élaboration et le lancement des premiers Dossiers d’Appels d’Offres et la passation de plusieurs marchés dont les premiers résultats seront publiés d’ici peu.

Plus spécifiquement dans le cadre du développement du système d’information géoréférencé des infrastructures et équipements, une plateforme sera mise en place afin d’obtenir à temps réel la situation des infrastructures d’accès aux services de base sur l’ensemble du pays.

La première étape pour de la mise en place de ce dispositif consiste à élaborer la situation de référence qui permettra au démarrage de connaitre l’état initial des indicateurs qui feront l’objet d’un suivi.

C’est dans ce cadre que le Programme PUDC a mené, en collaboration avec l’INSEED, une collecte de données auprès des ministères sectoriels afin de disposer des données de base.

L’atelier qui nous rassemble ce matin a pour objectif principal de présenter, d’examiner  et de  valider la liste des indicateurs du PUDC définis dans le cadre de l’élaboration de la situation de référence de ces indicateurs.

Plus spécifiquement il s’agit d’expliquer le contexte de l’étude menée par l’INSEED, de présenter et d’apprécier la métadonnée de ces indicateurs qui ont été définis grâce à l’apport de tous  et enfin arrêter une liste définitive des indicateurs du PUDC.

Je tiens à saluer, à ce stade de mon propos, la très bonne collaboration entre le PNUD et l’INSEED et relever la présence du

Ministère de l’Economie Numérique et du Centre de Suivi Ecologique du Sénégal qui sont les partenaires du PUDC sur cette composante.

Distingués invités,

Je voudrais avant de conclure, réitérer mes remerciements à tous ceux qui ont accompagné le PNUD dans la phase préparatoire et de démarrage des activités du PUDC.

Je voudrais également, Madame la Directrice de Cabinet, Monsieur le Ministre par votre intermédiaire, réitérer aux plus hautes autorités Togolaises l’engagement du PNUD, de mettre toute son expertise à tous les niveaux, au service de la réussite de ce Programme innovant.

Au demeurant, le PNUD va renforcer son soutien et son accompagnement au Gouvernement et au peuple togolais dans sa marche inéluctable vers le progrès et le bien-être.

Chers participants,

Je formule mes vœux de succès à la tenue de cet atelier et reste convaincu, compte tenu de la qualité de l’expertise mobilisée, que les résultats seront à la hauteur des attentes.

Je vous remercie de votre aimable attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe