Développement humain en Afrique : le Togo sur la bonne voie

6 déc. 2016

Mme Lo Ndiaye (au centre) remet symboliquement au ministre de la Planification un exemplaire du rapport. A sa droite, la ministre de l'Action sociale. Photo : Emile Kenkou/PNUD Togo

Le Rapport sur le développement humain en Afrique, publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et lancé en aout dernier à Nairobi au Kenya  a été officiellement présenté au gouvernement du Togo lors d’une cérémonie co-présidée par la Représentante résidente du PNUD, Mme Khardiata Lo Ndiaye, le ministre de la planification, M. Kossi Assimaidou et sa collègue de l’Action sociale, Mme Tchabinandi KOLANI YENTCHARE.

Intitulé « Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique »,  ce rapport analyse les facteurs politiques, économiques et sociaux qui entravent la promotion de la femme en Afrique et propose des politiques et des mesures concrètes pour combler l’écart entre les genres.

Mme Khardiata Lo Ndiaye  a salué les efforts du Togo en faveur de la promotion du développement humain. En 2015, celui-ci gagnait 5 places sur l’indice de développement humain et se classe premier dans l’espace UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

« En matière de promotion du genre, plusieurs initiatives sont à saluer dont celles relatives à la gratuité de la césarienne et de la scolarité en primaire, ainsi que le programme national de lutte contre la grossesse précoce visent à lutter contre les inégalités en matière de santé et d’éducation ou la prise en compte des violences et des discriminations à l’égard des femmes dans le code pénal » a dit la Représentante du PNUD au Togo.

Les messages du Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 rapport constituent un appel pressant lancé aux Etats africains pour accélérer l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme en Afrique s’ils veulent la réalisation des ODD, y compris de l’ODD5 sur la réalisation de l’égalité des sexes.

Le rapport s’inscrit dans la ligne de l’agenda des OMD qui vient d’être relayé par celui des ODD ainsi que dans l'agenda 2063 de l'Union Africaine. Le Rapport note en particulier, qu’en 2014, l’Afrique a perdu l’équivalent de 6% du PIB  de la sous-région ( 95 milliards de dollars US par an) à cause des inégalités genre dans le monde du travail et qui ne permettent pas aux femmes d’exploiter tout leur potentiel productif à cause des nombreuses discriminations dont elles sont victimes.

Le Gouvernement togolais a adopté diverses conventions internationales et sous régionale et une politique nationale pour l’équité et l’égalité de genre. Malgré tous ces efforts, de nombreuses difficultés à promouvoir le statut de la femme et les défis demeurent importants. Le Rapport sur le Développement Humain en Afrique 2016 informe qu’en ce qui concerne les autres indicateurs de développement du genre en matière de santé, tels que la proportion des mariages précoces, le Togo compte parmi les plus performants, y compris en matière de la lutte contre les mutilations génitales féminines. En matière d’amélioration de la santé des femmes et des hommes, le Togo est parmi les rares pays à avoir atteint les objectifs d’augmentation des dotations à hauteur de 15% en 2010, à côté du Libéria, du Malawi et du Rwanda. Mais les défis restent importants malgré certains progrès.

« Des efforts plus importants doivent être fournis pour assurer l’égalité au niveau de l’éducation supérieure et en ce qui concerne la représentativité des femmes au sein des parlements. » a indiqué Mme Lo Ndiaye.  Le pourcentage n’est que de 18% au Togo contre l’objectif de 30% du programme d’actions de Beijing. Les normes sociales sont encore largement en défaveur des femmes a t-elle noté.