Paix et développement durables, un objectif commun

22 sept. 2016

Aucun développement n'est possible sans la Paix, ont reconnu tous les interlocuteurs. On reconnait Mme Khardiata Lo Ndiaye et le ministre de la Justice (à gauche). Crédit photo Emile /Pnud Togo

La 15ème édition de la Journée internationale de la Paix a été célébrée au Togo le 21 septembre à travers une conférence publique. Initiée par le Secrétariat d’Etat en charge des Droits de l’Homme, cette rencontre a reçu l’appui conjoint du Centre Régional des Nations Unies pour le désarmement en Afrique (UNREC) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). « Culture de la paix et désarmement : gage du développement durable en Afrique » tel a été le thème autour duquel plusieurs éminents orateurs ont échangé et nourrit le débat.

Une occasion pour sensibiliser l'opinion publique et les différents acteurs sur les enjeux de la paix, le désarmement, le développement durable et leur offrir un cadre de réflexion sur leur rôle dans la consolidation de la paix, la promotion de la cohésion sociale et l'unité nationale. Des concepts liés à la culture de la paix, à la non violence, au contrôle de la prolifaration des armes légères et de petit calibre en Afrique et au développement durable ont été aussi évoqués.

Pour le Coordonnateur résident du Système des Nations Unies et Représentante résidente du PNUD au Togo, Mme Khardiata Lo N'diaye, les défis actuels que son tla pauvreté, la faim, la dimunition des ressources naturelles, la rarefaction de l'eau, les inégalités sociales, la dégradation de l'environnement, les maladies, la corruption le racisme et la xénophobie, entre autres, font peser une menace sur la paix et forment le treau fertile pour le sconflits. Le développement durable contribue d emanière décisive à écarter et à éliminer ces causes de conflits et sert de fondement à une paix durable.

La cérémonie d’ouverture a été présidée au nom du Premier Ministre par le ministre de la Justice et des relations avec les institutions de la République, M. Pius Agbetomey, en présence de membres du gouvernement, de diplomates dont la Directrice de l’UNREC, Mme Olatokounbo Ige et de diverses autres personalités de la société civile et d'universitaires.