Du biogaz à partir des boues de vidange, un pari pour la prison civile de Lomé

13 mai 2014

Vue d'ensemble des différents acteurs après le lancement du projet. Photo : PNUD Togo

D’ici peu, les détenus de la prison civile de Lomé pourront pousser un ouf de soulagement. Et pour cause, leur condition de détention pourra sensiblement s’améliorer grâce à la ‘’valorisation des boues de vidange en biogaz’’. Un projet initié par une association de jeunes dénommée ‘’Initiative Ingénieurs pour le Développement (2ID) qui a reçu un appui du Programme de micro- financement du Fonds pour l’Environnement mondial (PMF/FEM).

‘’Notre projet a vu le jour dans un contexte de défis énergétiques, environnementaux et d’assainissement’’ se rappelle le premier responsable de l’association, Tsekpo Kwaku Semefa. Selon ce dernier, ‘’au moins 2500 détenus vivent dans la promiscuité dans cette prison, avec des besoins de plus en plus croissants en gaz butane, en bois de chauffe ou charbon de bois pour la cuisson ou l’éclairage de la prison. Autant de défis à relever’’ explique t-il.

Ayant été sélectionnée lors du 5ème round de financement du PMF/FEM,pour ce projet innovant, l’association a reçu du FEM un appui de 50 000 $ US. Dès lors, 10 unités pilotes d’une capacité de 100m3 seront installées pour la production du gaz. Ces unités seront constituées de digesteurs en béton et seront alimentées quotidiennement par les fèces des détenus pour une production de 12 000 litres de biogaz par jour.

‘’Ce projet vient nous satisfaire doublement, voire triplement ‘’ s’est réjoui le directeur de l’administration pénitentiaire, Akibou Idrissou, lors de la présentation dudit projet le 8 mai dernier dans l’enceinte de la prison en présence du ministre de la justice et de la Représentante résidente du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Togo. Pour le régisseur de la prison, ce projet règle non seulement ‘’le problème de vidange des fosses septiques (qui se faisait, à une époque récente, manuellement par les détenus), mais aussi celui de rupture de stock de gaz.’’

La Représentante résidente du PNUD, Mme Khardiata Lo N’Diaye, a salué l’adhésion du Togo à l’initiative mondiale ‘’Energie durable pour tous’’ lancé en 2012 par le Secrétaire général des Nations Unies. Il vise à mobiliser les gouvernements, le secteur privé et la société civile autour de trois principaux objectifs à atteindre d'ici à 2030: assurer l'accès universel aux services énergétiques modernes, doubler le taux global de l'amélioration de l'efficacité énergétique, et doubler la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial.

Le PNUD a appuyé le Togo dans l’évaluation des gaps et des besoins dans le domaine de l'énergie. Ce qui a permis de mettre en exergue les défis importants auxquels le pays doit faire face en vue d’atteindre les objectifs de l’initiative à l’horizon 2030. Il s’agit entre autres de porter le taux d’électrification rurale de 3% en 2008 à 100% en 2030 ; multiplier par quatorze (14) le niveau d’investissement de 2012 c’est-à-dire, passer de 87,73 millions de dollars d’investissement à 1,2 milliards de dollars de cumul à l’horizon 2015. Pour la Représentante résidente, le projet de valorisation des boues de vidange en biogaz pourra contribuer à l'atteinte de ces objectifs. Mme Khardiata Lo N'Diaye s'est engagée à mobiliser les ressources pour assurer la réplication de cette initiative dans les autres prisons du pays, si l'expérience à la prison civile de Lomé délivre de bons résultats.

Depuis son démarrage en 2009 au Togo, le programme de micro-financement du FEM a financé en cinq rounds, cinquante-neuf (59) micro projets, pour un montant total de Un million six cent soixante-deux mille deux cent dollars (1.662.200 USD), soit environ Huit cent trente-un millions de francs CFA ( 831.000.000 FCFA).

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe