Le Togo valide son 4ème rapport de suivi des OMD

14 janv. 2014

L'éducation et la santé, deux domaines clé où des progrès ont été accomplis. Crédit photo : PNUD Togo

A deux ans de l’échéance pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le Togo évalue les progrès accomplis dans les différents secteurs de son développement. Le rapport de suivi des OMD, le 4ème du genre depuis 2003, a fait l’objet d’un atelier national de validation. Il a réuni les principaux acteurs nationaux qui ont amendé le document et formulé des recommandations en vue d’accélérer les progrès avant la date butoir de 2015.

Même s’il est reconnu par tous aujourd’hui que la probabilité de réalisation des OMD par le Togo est faible, les acteurs et partenaires en développement ne se découragent point. Ils estiment que les efforts doivent être accrus pour que les transformations soient visibles au quotidien dans tout le pays. « Les progrès que nous avons accomplis en quelques années sont vraiment exceptionnels. Nous avons fait des progrès en matière d’éducation surtout en matière de qualité de l’éducation. Nous avons fait des progrès en matière de santé», a relevé le ministre de la planification, du développement et de l’aménagement du territoire, Mawussi Djossou Sèmodji, à l’ouverture des travaux, reconnaissant toutefois que « beaucoup reste à faire. »

En effet, du fait de la longue crise socio politique que le Togo a traversée de 1990 à 2005, il n’a renoué sa pleine coopération avec les principaux partenaires au développement qu’à partir de 2008. De 1990 à 2010 la proportion d’enfants souffrant d’insuffisance pondérale est passée de 32,8% à 16,6% permettant au Togo de réaliser la cible 1C de l’OMD 1 relative à la réduction de moitié des personnes souffrant de la faim. Entre 2006 et 2011, l’incidence de la pauvreté a diminué de 3 points, passant de 67,1% à 58,3%.

En matière de santé, les taux de mortalité infanto-juvénile et maternelle suivent une tendance à la baisse, ainsi que l’infection au VIH. Près de 6 togolais sur 10 ont accès à une eau de bonne qualité.
Dans le secteur de l’éducation, le taux d’alphabétisation (15-24 ans) qui était de 63,3% en 1990 a atteint 79,7% en 2011 et la parité filles-garçons dans l’enseignement primaire est passée de 0,92 en 2006 à 0,98 en 2012. Environ 3 enfants sur 4 finissent le cycle primaire. Le volume de l’aide publique au développement a quadruplé entre 2007 et 2012. Le ratio de l’aide publique au développement sur le PIB a atteint 10,9% en 2012 contre 5,1% en 2007. Signe palpable de l’accès des populations aux NTics, plus de la moitié de la population possède un téléphone portable (le nombre de téléphone portable pour 100 habitants est passé de 21,7% en 2008 à 50,6% en 2012.)

Selon Mme Khardiata Lo N’Diaye, Coordonnatrice Résidente du système des Nations Unies au Togo et Représentante Résidente du PNUD, les résultats du rapport sont satisfaisants. Elle reconnait cependant que le rapport est établi à partir des données collectées pour certains jusqu’en 2010 seulement. « Le rapport ne capture pas un certain nombre de progrès récents, a-t-elle dit. Ils seront capturés dans le rapport de l’année prochaine. Mais déjà, il donne une tendance sérieuse, il traduit une réalité et cette réalité se décline en termes de progrès réels et tangibles, mais également de défis à prendre en compte à l’avenir. »

Les contraintes qui entravent la réalisation des OMD sont importantes, reconnait le ministre en charge du développement. Ils sont relatifs « au manque de ressources financières, matérielles et humaines, à la faiblesse des capacités techniques et aux différents chocs internationaux et climatiques. » Nous avons fait beaucoup de progrès. Le chemin pour atteindre les OMD est encore long alors que l’horizon 2015 est proche a ajouté M. Sèmodji.

Malgré un taux de croissance annuel du PIB en hausse (5.9 en 2012), « les effets tardent à se faire sentir sur le vécu quotidien des populations dont plus de la moitié (58.3%) vit toujours sous le seuil de la pauvreté », estime Dr Akilou Amadou, Enseignant chercheur à l’Université de Lomé et directeur par intérim du Centre autonome d’études et de renforcement des capacités pour le développement au Togo (CADERDT). Les travaux pour l’élaboration de ce quatrième rapport ont été conduits depuis le mois d’août 2013 par le CADERDT.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe