Lutte contre le chômage des jeunes au Togo : vers un partenariat public-privé

13 janv. 2014

Gagner le pari de l'emploi des jeunes, un défi majeur pour le Togo. Crédit photo PNUD Togo

Comme partout ailleurs, le Togo n’échappe pas aux questions liées au chômage et à l’emploi des jeunes. Cette tranche de la population âgée de 15 à 35 ans représente plus du tiers de la population togolaise, soit un peu plus de 2 millions de personnes selon les statistiques. Ainsi, le Togo a inscrit l’emploi des jeunes au centre de la nouvelle stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE) pour la période 2013-2017.

Selon des enquêtes réalisées en 2011, le chômage au Togo touche actuellement 6,5% de la population active et le taux de sous-emploi visible serait de 22,8%. Beaucoup plus de jeunes femmes sont en situation de sous-emploi que les jeunes hommes de la même tranche d’âge avec des taux respectifs de 22.9% contre 17.73%. Chaque année, en moyenne 40.000 nouveaux demandeurs d’emplois arrivent sur le marché du travail. Et c’est pour trouver des solutions durables à ce problème que le Togo entend mettre en place une ‘’plateforme’’ de concertation entre l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le chômage des jeunes. Le rapport d’étude de cette initiative a fait l’objet d’une séance de restitution et de validation ce jeudi 09 janvier 2014.

Dénommée Coalition nationale pour l’emploi des jeunes (CNEJ), cette plateforme entend « positionner la jeunesse, gisement de compétences et de capacités d’innovation, comme un vecteur majeur d’une croissance économique accélérée et inclusive ».

Selon la ministre du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mme Victoire Tomegah-Dogbe, le phénomène du chômage et du sous-emploi « empêche les jeunes de délivrer leur plein potentiel et de contribuer réellement à l’accroissement du Produit intérieur brut (PIB) national ». Elle a reconnu que les efforts consentis et les initiatives développés ici et là n’ont souvent pas permis aux acteurs du secteur privé de jouer pleinement leur « partition, alors qu’ils sont au cœur de la croissance économique et de la demande d’une main d’œuvre qualifiée ».

« C’est dans des situations comme celles-ci que le partenariat public-privé et le dialogue social ont leur sens et que des coalitions fortes doivent être trouvées autour de solutions consensuelles dans la lutte contre le chômage » s’est pour sa part exprimée Mme Khardiata Lo N’Diaye, Représentante Résidente du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Togo.
Tout en réitérant l’engagement du PNUD à accompagner le Togo dans la recherche de solution à l’emploi des jeunes, Mme Lo N’Diaye n’a pas manqué d’appeler l’ensemble des acteurs à s’investir pour relever ce défi. « Il nous faudra toujours faire preuve d’imagination et d’audace si nous voulons améliorer considérablement le taux d’absorption des jeunes chômeurs. Cet objectif doit être issu d’un large consensus apte à mobiliser toutes les parties prenantes allant des autorités nationales, des ministères investis sur la formation et les secteurs porteurs d’emploi, des opérateurs économiques privés en passant par les organisations de la société civile et les partenaires techniques et financiers du Togo » a-t-elle déclaré.

Depuis 2006, les Nations Unies ont mis en place des comités de réflexion à travers des réseaux régionaux. Au nombre de ceux-ci, le Réseau pour l’emploi des jeunes (YEN) promeut des partenariats entre le secteur public et privé pour repositionner les entreprises au cœur de la problématique et offrir des solutions concrètes pour faciliter la formation, l’intégration professionnelle et le renouvellement des compétences des jeunes hommes et femmes demandeurs d’emplois.

L’analyse du rapport d’étude sur la mise en œuvre de cette coalition nationale a ensuite permis aux participants d’amender les propositions qui y sont contenues et d’adopter une feuille de route pour sa promulgation par un décret présidentiel. La CNEJ est un organe consultatif de référence. Placée sous la haute autorité du président de la République, elle sert de plateforme intégrée de concertation, de plaidoyer et de mise en cohérence stratégique en appui aux acteurs en charge de la formation et de l’emploi des jeunes pour soutenir des actions partenariales entre les services publics et les entreprises privées nationales et internationales intervenants au Togo.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe