Nos objectifs

 Les femmes constituent la frange de la population la plus exposée aux inégalités. Crédit photo : PNUD Togo

Depuis 2008, le Togo a amorcé une croissance régulière de son PIB réel principalement portée par une politique soutenue d’investissements publics et par le secteur agricole. De 2,4% en 2008, le taux de croissance est passé à 5,6% en 2012, soit une augmentation de 0,7 points de pourcentage par rapport à 2011. Cette croissance économique aurait contribué à la réduction de l’incidence de la pauvreté qui est passé de 61,7% en 2006 à 58,7% en 2011. Cependant elle n’est pas pro-pauvre car elle a plus bénéficié aux riches qu’aux plus pauvres.

La consommation du premier quintile de la population togolaise a connu une baisse variant entre 10% et 20% tandis qu’elle a peu augmenté pour le dernier quintile. Les régions pauvres se sont appauvries et les régions moins pauvres se sont enrichies. L’incidence de la pauvreté a diminué dans la région Maritime et le Grand Lomé tandis que cette incidence a augmenté dans les régions Centrale et Savanes qui étaient les plus pauvres en 2006. De fait, les inégalités se sont accrues et l’extrême pauvreté a augmenté de 2 points de pourcentage entre 2006 et 2011.

Les agriculteurs, le groupe le plus important en termes d’effectif, est le plus pauvre malgré sa forte contribution à la croissance économique. 47,9% de la population togolaise vit dans un ménage ou le chef a pour principale activité l’agriculture; or 64% de pauvres s’y trouvent. Sur le plan national, les ménages dirigés par les femmes sont moins pauvres que ceux dirigés par les hommes, cependant, en milieu rurale la situation s’inverse.

Enfin, l’apparente faiblesse du taux de chômage du Togo qui se situe à 6,51%, cache une sombre réalité : celle du taux de sous-emploi qui atteint 22,76% de la population active. Au cours de ces dernières années, la situation de l’emploi au Togo est devenue préoccupante particulièrement pour les jeunes.  Les jeunes âgés de 15 à 35 ans, constituent la frange la plus touchée par ce phénomène. Leur taux de chômage est estimé à 8,1%  en 2011, avec plus de jeunes femmes en situation de sous-emploi (22,9%) que de jeunes hommes (17,73%) de cette même tranche d’âge.

Aussi, face à l’incidence néfaste du chômage et du sous-emploi au Togo, la question de l’emploi et l’insertion socioéconomique des groupes vulnérables (les jeunes, les femmes et les personnes handicapées) est devenue une préoccupation majeure pour les autorités et les acteurs du développement. Ce constat se reflète à travers la création du Ministère chargé de l’Emploi des Jeunes, la dynamisation de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) et la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes dédiés à promouvoir la formation, l’insertion socioprofessionnelle et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, notamment en milieu rural.

Conscient de cette situation, l’Etat togolais a réorienté sa stratégie de développement, à travers la SCAPE 2013-2017, afin de poser les bases d’une croissance économique forte favorable à la réduction de la pauvreté et des inégalités, avec des effets multiplicateurs sur le niveau des revenus, la qualité de vie des togolais et la vitesse de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement. 

Résultats obtenus en 2012

 

  • Révision et la validation technique de la politique Nationale de l’Emploi;
  • Contribution à l’élaboration et à la validation technique de la Politique Nationale de Protection Sociale ;
  • Soutien à l’ANPE dans la formulation de sa stratégie d’intervention et le déploiement de son offre de service au niveau, disposant à présent de structures opérationnelles dans les cinq régions administratives et déployant progressivement une offre de services adaptés aux jeunes chômeurs ;
  • Opérationnalisation et la régionalisation du Programme de Volontariat National (PROVONAT) assurant ainsi l’affectation de 2.500 volontaires nationauxdont 42% de femmes, âgés en moyenne de 29 ans, intervenant dans différents secteurs : la santé, l’agriculture, l’eau et l’assainissement et le développement à la base.
  • Création de mécanismes et structures d’accompagnement appropriés pour promouvoir la culture entrepreneuriale et soutenir le financement des initiatives des jeunes entrepreneurs, avec la mise en place du Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ).

Liste des projets de lutte contre la pauvreté

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe