Objectifs

Alt text for imageDes élections libres et démocratiques sont des gages d'une paix et d'un développement durables. Crédit photo : Emile Kenkou/Pnud Togo

La période de mise en oeuvre du Plan d'Action du Programme de Pays 2008-2013 a été marquée par une mutation de l'environnement de l'aide au niveau national avec la reprise progressive de la coopération au développement. Pour accompagner la mise en oeuvre efficace de la stratégie de croissance accélérée et de promotion de l'emploi (SCAPE), le PNUD va contribuer à la promotion de la gouvernance démocratique, institutionnelle et locale à travers son Programme Gouvernance pour l'accélération de la croissance inclusive (GOPAC).

Résultats obtenus en 2012

L’assistance du PNUD s’est focalisée en 2012 sur :

  • la facilitation d’un dialogue politique apaisé,
  • la consolidation de la paix et la promotion des droits de l’homme,
  • la poursuite de la réforme et de la modernisation de l’administration publique,
  • l’accès au droit et à la justice pour les groupes vulnérable,
  • le renforcement des capacités de planification et d’absorption des ressources, et du système d’information sur l’aide
  • le renforcement des capacités nationales de réponse au VIH/SIDA.

Au plan de la facilitation d’un dialogue apaiséentre les différentes composantes de la société suite aux tensions occasionnées par la préparation des futures élections législatives et locales initialement prévues pour 2012 et reportées au premier trimestre 2013. Aussi le Bureau a-t-il organisé une mission d’évaluation des besoins d’appui aux élections législatives et locales de 2012 et s’est-il impliqué dans la facilitation du dialogue politique et la formation des acteurs (médias, société civile, partis politiques). Des programmes de promotion de l'éducation à la citoyenneté et à la culture démocratique, de la participation féminine et des jeunes ont été développés et mis en œuvre, à cet effet. 

Dans le cadre de la consolidation de la paixet la promotion des droits de l’homme, le Bureau a accompagné la finalisation des travaux de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR), dont le rapport a été remis au Président de la République le 03 avril et fait l’objet d’une vulgarisation au sein de la population. Les capacités des parlementaires en prévention des conflits ont été renforcées avec la mise en place d’une unité de médiation parlementaire pour les conflits locaux et le développement d’un cadre de coopération parlement/société civile pour la prévention des conflits locaux. De même, grâce à l’appui du PNUD, le Togo a présenté son premier rapport d’Examen périodique universel et assuré l’intégration de l’approche basée sur les droits de l’Homme dans les processus de programmation nationaux, notamment de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi 2013-2017 (SCAPE).

L’accompagnement du gouvernement dans la poursuite de la réforme et de la modernisation de l’administrative s’est traduite par :(1) la réalisation de trois 3 nouveaux audits organisationnels,portant à onze le nombre de structures auditées, (2) l’appui à l’adoption de trois décrets fixant les principes généraux d’organisation des départements ministériels et de la loi portant statut général de la fonction publique,(3) l’élaboration d’un schémadirecteur de l’enseignement technique et professionnelle assorti d’un plan de rationalisation des écoles de formation technique et professionnelle, et (4) l’élaboration d’une stratégie de développement institutionnel du secrétariat général du gouvernement instituant un Bureau Organisation et Méthodes qui a pour vocation deconstituer une véritable instance de conseil des plus hautes autorités de l’Etat et qui fera office de cabinet d’études pour le Gouvernement.

Dans le domaine de l’accès au droit et à la justice pour les groupes vulnérables, le Bureau a apporté une assistance juridique aux détenus et renforcer les capacités de l’administration pénitentiaire. Il a ainsi appuyé l’organisation deux (02) audiences extraordinaires dans les prisons de Lomé et d’Anéhoet d’offrir des services d’assistance judiciaire aux détenus (avocats) aux détenus ; ce qui a permis de traiter 187 dossiers et libérer 151 détenus vulnérables.Le PNUD a, par ailleurs, contribué à la formation des 484 nouveaux surveillants de prison, dont 111 femmes et de 24 régisseurs de prisonspour un meilleur respect des droits de l’homme et l’aide à la réinsertion des prisonniers. Enfin, les détenus et les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ont été sensibilisés surles droits et devoirs des détenus et le VIH/SIDAet la drogue en milieu carcéral.

En termes de renforcement des capacités de planification et d’absorption des ressources, et du système d’information sur l’aide l’assistance a porté sur : (1) L’évaluation de la mise en œuvre du DSRP complet et l’élaboration de la Stratégie de croissance accéléré et de promotion de l’emploi pour répondre aux défis de la croissance des inégalités et de l’emploi des jeunes(2)l’opérationnalisation de la plateforme de gestion de l’aide acquise en 2011, (3) la création d’un Centre de Services visant à aider le gouvernement dans l’amélioration du taux d’exécution des dépenses publiques par la maîtrise des systèmes et mécanismes de passation des marchés publics, ainsi que la fourniture de services directs à certains ministères, en matière d’approvisionnement.

En matière de lutte contre le VIH/Sida, le PNUD a axé son appui sur le renforcement des capacités managériales et organisationnelles des organisations de la société civile impliquées au niveau communautaire dans la lutte contre le VIH/SIDA à travers la plateforme des Organisations de la Société Civile mise en place en 2011 afin d’améliorer leur contribution à la réponse du pays dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA et les IST. . Il a également soutenu la campagne nationale de conseil dépistage du VIH qui a permis de dépister 30 094 personnes dont 13 261 femmes. Il a par ailleurs fourni un service d’appui aux achats des médicaments et intrants médicaux de qualité aux projets du Fonds Mondial SIDA en évitant des situations de rupture. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Togo 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe